La Banque du Canada maintient sa politique monétaire inchangée


La Banque du Canada a maintenu ses taux d’intérêt inchangés aujourd’hui, malgré le fait que de nombreux investisseurs souhaitaient une hausse des taux. La banque centrale reste accommodante même si l’inflation atteint des sommets en trois décennies et que l’économie crée des emplois record.

Cette semaine, l’un des événements les plus attendus était la décision de la Banque du Canada sur les taux d’intérêt . Alors que la prévision était que la banque centrale n’augmenterait pas le taux directeur aujourd’hui, de nombreux commerçants s’attendaient à ce qu’elle le fasse pour au moins trois raisons.

Premièrement, l’inflation au Canada est à des niveaux jamais vus depuis trois décennies. Avec le prix du pétrole qui frappe à la porte des 100 $/baril (aujourd’hui, le Brent s’échange à 90 $/baril), la pression sur les prix des biens et services devrait s’accentuer à l’avenir.

Deuxièmement, l’économie canadienne a récupéré les emplois perdus pendant la pandémie de COVID-19 et bien d’autres. Le marché du travail est chaud et l’emploi atteint des niveaux records, ce qui exerce une pression supplémentaire sur les prix des biens et des services via la croissance des salaires.

Troisièmement, les restrictions liées au COVID-19 sont sur le point de s’assouplir à partir de février. Alors, qu’est-ce qui a empêché la Banque du Canada d’augmenter les taux? Voici trois points à retenir de la décision d’aujourd’hui :

  • Les conditions financières restent globalement accommodantes
  • Les risques géopolitiques augmentent
  • Prise de faucon

Les conditions financières restent globalement accommodantes

La Banque du Canada a reconnu que les conditions financières demeurent généralement accommodantes. Cependant, il s’attend à un resserrement à court terme et il s’attend à ce que les conditions monétaires se normalisent le plus tôt possible.

Les risques géopolitiques augmentent

Un aspect intéressant de la décision d’aujourd’hui est venu du côté géopolitique. La Banque du Canada considère les risques géopolitiques comme une préoccupation pour l’avenir et a donc décidé de maintenir sa politique inchangée pour le moment.

Pas de randonnée mais une prise de faucon

Bien qu’elle n’ait pas augmenté, la Banque du Canada a maintenu une position belliciste pour plusieurs raisons. Par exemple, il a changé sa formulation sur l’inflation – avant la réunion d’aujourd’hui, il considérait l’inflation comme « élevée », mais maintenant il la considère comme « bien au-dessus de la cible ».

Ou, dans son message de « forward guidance » d’aujourd’hui, il n’y a plus aucune mention de « soutien » économique. Ce sont des rebondissements bellicistes qui justifient presque une hausse des taux lors de la prochaine réunion. Si rien d’important n’arrive entre-temps pour faire dérailler ses plans, une hausse des taux en mars semble être une affaire conclue.



Source link

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
Facebook
YouTube
LinkedIn
Instagram
Telegram